• Facebook
  • Twitter
  • Google +

La gastronomie

La gastronomie - Faye Anderson

Si je n’étais pas allée à mon cours de danse, ce jeudi soir, je n’aurais jamais rencontré Isabelle. Elle m’a heurtée dans la rue, alors que je sortais de cette session de samba, qui avait duré une heure et demie. J’étais distraite par la lecture d’un message de Marie. Elle me demandait de l’excuser de son absence lors de notre prochaine réunion entre étudiants de la même université. Nous avions tous suivi notre scolarité supérieure dans le même établissement, et nous nous retrouvions tous les six mois pour ne pas nous perdre de vue. Nous étions habitués à cette réunion, qui avait été prévue depuis trois mois. Cette soudaine défection s’expliquait par une inattendue perspective d’emploi, et mon amie ne pouvait pas se soustraire à cet entretien avec un président d’une multinationale extrêmement connue. Je lui ai répondu que je la verrais dans une semaine, si elle le voulait bien.

En même temps, je lui fis parvenir l’image que j’avais composée comme carton d’invitation électronique. J’étais parvenue à animer une photographie de mes amis où j’avais incrusté mon portrait. Mon visage apparaissait et disparaissait, comme si j’étais un fantôme. Le thème de la soirée était le fantastique, et j’avais choisi de me déguiser en revenant. Alors que j’étais concentrée uniquement sur mon écran de téléphone, j’ai senti une épaule, à la même hauteur que la mienne. Le choc fut brutal, et j’ai immédiatement relevé la tête. Isabelle me regardait avec un air éberlué et je ne pus m’empêcher de rire en voyant la tête qu’elle avait. Je lui ai tout de suite demandé si elle ne s’était pas fait mal, mais elle n’avait rien. Quant à moi, je n’avais pas senti que le choc avait été si fort, mais j’ai quand même eu un hématome à l’épaule.

Mon amie revenait d’une visite chez François, qui recevait un poseur clôture Frost. Elle avait donc laissé les deux hommes discuter, et elle avait marché sans but dans la ville. Me croiser par hasard était une bénédiction, elle voulait partager cette soirée avec une personne qu’elle appréciait. De mon côté, je n’avais pas prévu de sortie. Passer un moment avec elle me réjouissait. Elle m’a accompagnée jusqu’à chez moi, pour que je puisse me changer. Je n’avais pas mis les vêtements adéquats pour un repas dans un restaurant aussi luxueux que celui où elle m’emmenait. C’est une des passions que nous partageons toutes les deux, la gastronomie.

À propos de l’auteur :

author

Femme débordée, ce blog est né d’abord pour mes amies qui me poussent sans cesse à écrire, affirmant que j’ai du talent à défaut de temps. Une manière de me suivre ailleurs que sur les réseaux sociaux, je suppose. Alors je me lance ! Advienne que pourra …