• Facebook
  • Twitter
  • Google +

L’intimidation à l’école

L’intimidation à l’école - Faye Anderson

Oui, c’est un problème grave. L’intimidation dans les écoles peut faire en sorte que certains étudiants se retrouvent mal dans leur peau et parfois même suicidaire. Combien de fois avons-nous entendu parler de jeunes qui se sont enlevé la vie parce que ses pairs se moquaient d’eux sans arrêt ? Combien d’enfants hésitent de jouer avec d’autres parce qu’ils croient qu’ils n’en valent pas la peine ? Et combien d’intimidateurs finissent par être seuls dans la vie parce qu’ils sont convaincus que la force, la manipulation et le harcèlement sont les meilleures manières d’avoir ce qu’on veut ?

Je viens tout juste de sortir du bureau du médecin avec ma fille. Elle a les yeux baissés de façon permanente maintenant. C’est quand même assez récent, car l’intimidation contre elle a commencé cette année. Avant, ça allait, elle n’avait pas beaucoup d’amis, mais au moins, elle se tenait avec une ou deux personnes et s’amusait dans la cour de récréation. Par contre, à l’âge de douze ans, quand la puberté a frappé, elle s’est retrouvée seule. Les autres se moquent d’elle à cause qu’elle est très développée des seins pour une fille de son âge et son visage est maintenant couvert de boutons d’acné. Elle porte une brassière plus grande que les autres filles et elles n’arrêtent pas de dire qu’elle se la bourre avec des papiers mouchoirs ou des bas. Mais, à voir comment elle est prise avec ses boutons, je ne comprends pas pourquoi les jeunes ne veulent pas comprendre que pour elle, la puberté s’est manifestée de manière plus évidente et plus rapidement que les autres. Bon, je la console en lui disant que bientôt, c’est elle que les gars vont admirer, surtout si elle maintient sa silhouette mince de ballerine. Elle a enfin souri un peu, au moins.

Alors, j’ai une prescription pour un traitement de l acné assez puissant. Il paraît qu’en deux jours seulement, son problème va être disparu. J’ai de la difficulté à le croire, mais le médecin m’a promis que ça marcherait. En plus, elle m’a conseillé de revenir si l’intimidation continuait, et elle me référerait à un bon psychologue pour la soutenir. En attendant, je dois parler avec le directeur de l’école. Discuter avec le professeur n’a servi à rien ; je dois aller plus haut pour faire arrêter ce problème. De plus, je crois qu’elle n’est pas la seule. Du moins, normalement, les intimidateurs ne s’attaquent pas qu’à une seule victime à la fois.

À propos de l’auteur :

author

Femme débordée, ce blog est né d’abord pour mes amies qui me poussent sans cesse à écrire, affirmant que j’ai du talent à défaut de temps. Une manière de me suivre ailleurs que sur les réseaux sociaux, je suppose. Alors je me lance ! Advienne que pourra …