• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Notre nouveau bassin d'eau

Notre nouveau bassin d'eau - Faye Anderson

Je voulais installer un bassin dans mon jardin. J’aime voir les grenouilles et les poissons. J’espérais que mon chat les laisserait en vie. Il a une tendance à se prendre pour un fauve terrible, un chasseur sans pitié, pour les animaux qui ne sont pas assez rapides pour détaler avant son attaque. J’avais contacté un professionnel pour réaliser ces travaux. En creusant avec une pelle de taille réduite, selon les plans que je lui avais fournis, il termina son travail en moins d’une journée. Trois zones étaient présentes dans ce trou qui deviendrait un bassin aquatique. La première, sur tout le tour, était la moins profonde. Elle était le refuge de certaines espèces de grenouilles. Les autres étaient des strates qui s’enfonçaient progressivement. Je voulais élever des poissons, des carpes japonaises, et une profondeur terminale conséquente était inévitable. J’avais projeté de commander mes poissons chez un spécialiste.

J’envoyais un message par le biais d'une entreprise specialisee en courrier rapide pour lui passer la commande des carpes koï. Elles me furent livrées exactement au bon moment, quand ma mare fut remplie d’eau, grâce à la pluie. J’avais préparé, depuis l’automne dernier, des réservoirs pour récupérer l’eau du ciel. Ils me permirent de mettre en eau mon bassin. J’avais des plantes à mettre pour le tour, mais aussi dans la mare. Les iris des marais étaient en bordure, tandis que la laitue d’eau flotte dessus. J’avais ajouté, dans des paniers, des plantes que je devrais hiverner, comme le nénuphar rose que j’avais trouvé dans une jardinerie. Un papyrus l’accompagnerait. Des luzules et des carex étaient placés tout autour. Au fur et à mesure que le mois de mai finissait, mon bassin et sa bordure étaient de plus en plus remplis.

J’avais songé à mettre une cascade. L’eau qui coule a un effet apaisant sur moi. De plus, l’effet d’oxygénation était bon pour la mare et pour les poissons. Je ne l’avais pas prévue dans ces travaux, mais j’avais envisagé de la réaliser l’année suivante. Je savais que je ne devrais pas utiliser des pierres calcaires, sous peine de modifier les taux d’acidité du bassin, et de nuire à la bonne santé de mes poissons. Je ne leur avais pas encore donné de nom, mais je savais que mes nièces s’en chargeraient bientôt. Un dernier élément était à mettre en place : l’éclairage. Un système adapté à l’humidité était indispensable. J’en trouvais un rapidement, et tout fut installé avant l’arrivée de ma famille.

À propos de l’auteur :

author

Femme débordée, ce blog est né d’abord pour mes amies qui me poussent sans cesse à écrire, affirmant que j’ai du talent à défaut de temps. Une manière de me suivre ailleurs que sur les réseaux sociaux, je suppose. Alors je me lance ! Advienne que pourra …