• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une longue nuit

Jessica avait vraiment été très merveilleuse de me garder ma fille pour une soirée, pendant que je sortais. C’était inhabituel, pour moi, de laisser mon enfant en garde. J’étais un peu inquiète, au début, et j’avais laissé des consignes pour être contactée si un problème survenait. Depuis que j’avais eu de la chirurgie dentaire Boisbriand, je me sentais beaucoup mieux. J’avais été invitée à cette fête en l’honneur de Jean-Jacques. Cet ami et collègue partait à la retraite, et il avait organisé une soirée à cette occasion. Il avait tout commandé chez un traiteur. Les petits fours et les verrines étaient merveilleux. La qualité du service, comme celle des mets, était extraordinaire. J’ai même gardé le contact de cet hôtelier dont les préparations ont eu beaucoup de succès pendant cette soirée. Je suis rentrée tard chez moi. J’étais seule, ma fille n’était pas là, ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps.

Avant d’aller me coucher, j’ai regardé la télévision et j’ai bu une infusion de tilleul. Les instants que j’avais vécus, l’effervescence de la fête, les danses, tout cela m’avait donné une énergie que je n’avais pas encore dépensée. C’était incroyable, j’aurais pu faire la fête jusqu’au bout de la nuit, tant j’étais éveillée. J’ai mis un documentaire animalier, mais le sommeil ne venait toujours pas. J’ai enchaîné avec une série policière au rythme lent. Même ainsi, je ne m’endormis pas. J’ai donc pris un livre, et je me suis mise sous mes draps. J’ai lu sans voir l’heure passer. Lorsque je me suis décidée à fermer les pages de cet ouvrage, l’heure affichée sur mon téléphone était si tardive, que je n’avais plus qu’une heure pour dormir avant le retentissement de la sonnerie de mon réveil.

C’était si peu que je me suis levée et que j’ai préparé mon déjeuner. Je l’ai dégusté en lisant les nouvelles du jour, parue sur un quotidien en ligne. J’ai appelé Jessica, pour parler à ma fille avant qu’elle aille à l’école. Elle était heureuse d’avoir été gardée par mon amie, et j’ai eu un récit très précis et détaillé de tout ce qu’elle avait fait. Lorsque je suis partie travailler, mon premier bâillement arriva. Une série de plusieurs le suivit et cela n’a pas arrêté de toute la journée. Le soir, je ne pensais plus qu’à une seule chose : me coucher au plus tôt. Ce ne fut pas possible, malheureusement, et j’ai été bien fatiguée le jour suivant aussi.

À propos de l’auteur :

author

Femme débordée, ce blog est né d’abord pour mes amies qui me poussent sans cesse à écrire, affirmant que j’ai du talent à défaut de temps. Une manière de me suivre ailleurs que sur les réseaux sociaux, je suppose. Alors je me lance ! Advienne que pourra …